DES ÉMISSIONS DE RADIO HUMANISTES, AU SERVICE DU VIVANT
richard federmann journaliste nomade

Jacques Salomé – Je voudrais tant communiquer

Je voudrais tant communiquer, que ça marche entre nous, je voudrais que nous évitions de nous blesser pour des riens, je voudrais éviter ces pics de pollutions qui surgissent dans les moments les plus imprévisibles de notre relation… » et plus loin dans ce même courrier, cette phrase juste, étonnante de pertinence : « je sens bien que communiquer c’est chaque fois prendre le risque de mettre plus d’humanitude dans les différents espaces de ma vie : dans le couple, la famille, le travail, les associations dans lesquelles je milite, le quartier, l’Eglise à laquelle je crois, dans le monde politique que parfois je fréquente et qui me déçoit si souvent… »

Je crois que c’est l’aspiration profonde de beaucoup : pouvoir se dire et être entendu, pouvoir recevoir ce qui vient de l’autre et l’amplifier quand c’est possible ou se positionner sans le rejeter ou le juger quand ce n’est pas acceptable. Avoir le sentiment d’une réciprocité dans l’échange, d’une ouverture dans le partage, d’un enrichissement dans la relation.

J’ai souvent tenté de proposer quelques balises, qui ne soient pas entendues comme des recettes, mais qui soient suffisamment simples et transmissibles pour être offertes à tout un chacun comme une amorce possible, comme ancrages au commencement d’un chemin.

Jacques SALOME a écrit plus de 64 ouvrages traduits en de nombreuses langues. Comme les horizons de Jacques sont très vastes, j’ai orienté mon entretien vers les femmes. Pendant dix ans, il a recueilli des centaines de témoignages anonymes de « femmes fontaines ». Toutes lui ont confié pour quelles raisons elles ne rencontraient pas des« hommes sourciers ». En abordant la femme à la source, Jacques émet entres autres des observations sur cette angoisse des hommes ressentie lors des rapports sexuels, en tentant de dédramatiser les causes de ces blocages.

Pour illustrer son propos, Jacques témoigne à titre personnel des liens entres femmes et hommes au travers des relations avec sa mère et ses enfants. A l’issu de cet interview j’ai réellement perçu la subtilité des relations humaines dans leur intimité. Il serait donc nécessaire que les hommes descendent de leur pied d’estale pour aller à la rencontre de qui est la femme dans sa pleine dimension.Le métier de sourcier n’est pas sorcier !

Pour en savoir plus : www.j-salome.com


Téléchargez cette émission

Commentaires
  1. Federmann Georges Yoram

    Il y a 4 années

     » l’ homme est bon ,mais le veau est meilleur » Bertolt Brecht

  2. Sophie zimmer

    Il y a 4 années

    Eh oui … L’homme le veau bien aussi 😉

    Une histoire de pourcentage, beaucoup de lectures suite à ma rencontre lors d’une conférence à Muret : le 25 % de donner demander refuser et recevoir

    Une histoire de Petit bout (sympa comme sur … Non)

    Et puis, ici l’idée de deux « hauteurs » qui me fait penser à l’idée de cuisine où d’une part, il y a le plat tout fait (le texte) et où le lecteur ou lectrice (le cuisinier) prend les ingrédients détectés pour faire à son tour une plat.

    A chaque petit bout, un « je » à vivre et des « jeux » … Il y en a à volonté
    Merci

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un Autre Monde
Un Autre Monde

Une nouvelle émission par Richard Federmann : Portraits d'anonymes engagés pour une meilleure vie

Les Voix d’ici, l’audioguide
Bande annonce « comme elle vient »
Mes sages de vie.
Lettre d’information